Comment ranger et organiser sa voiture ?


Quand on parle de rangement la voiture n’est généralement pas le premier endroit auquel on pense.  Même s’il n’y a (en théorie) pas beaucoup d’objets dans la voiture, un petit rangement n’est jamais de trop !

Que garder dans sa voiture ? les basiques

Grâce au « au cas où », on peut trouver absolument de tout dans une voiture. Il y a tout de même quelques basiques qu’il vaut mieux avoir (liste non exhaustive, ça dépend de vos habitudes de vie et de vos besoins mais ça donne une idée globale) :

Documents :

  • Carnet d’entretien
  • Notice de la voiture
  • Constat vierge

Attention, si la vignette d’assurance doit obligatoirement être apposée sur votre pare-brise en permanence, mieux vaut ne pas laisser sa carte grise et son attestation d’assurance dans le véhicule.

Equipements :

  • Triangle et gilet fluo
  • Disque de stationnement
  • Gratte parebrise

Pour les courses :

  • Un jeton de caddie
  • Des sacs

 

Petit aparté sur les sacs :
Si vous avez une quantité énorme de sacs de courses chez vous parce que vous les oubliez toujours en allant faire les courses en voiture, essayez cette méthode :


A chaque fois que vous revenez des courses, quand les sacs sont vides accrochez-les immédiatement à la poignée de la porte d’entrée.

Lors de votre prochaine sortie vous penserez ainsi à les mettre directement dans la voiture et donc à les avoir sous la main au moment de faire des courses.

 

Des objets pratiques (éventuellement) :

  • Des mouchoirs
  • Un chiffon
  • Un parapluie
  • Une lampe de poche
  • Un stylo et du papier

Si vous avez des enfants très jeunes, vous pouvez y ajouter un sac avec quelques essentiels pour eux : une bouteille d’eau, quelques gâteaux qui se conservent longtemps, une tenue de rechange (pensez à vérifier régulièrement que la taille est toujours correcte), quelques couches…

Attention tout de même à ne pas tomber dans des situations trop hypothétiques qui nous feraient garder à peu près tout ce qui pourrait être utile un jour.

 

Quelques suggestions d’organisation :

Pour que tout ne se balade pas dans le coffre à chaque tournant, on peut utiliser un organiseur de coffre. Il en existe plusieurs types mais mon préféré est le plus simple :

Organisateur-coffre

 

Il n’y a qu’à le scratcher sur le fond du coffre pour y caller les sacs de courses par exemple.

Attention aux organisateurs avec plein de poches car cela pousse à y accumuler un tas de choses, juste parce qu’il y a la place. Et plus on a de choses, plus on risque de les oublier, ce qui les rendra alors totalement inutiles.

Pour l’exemple, je gardais moi-même pendant des années une carte routière, « au cas où » je n’aurais pas mon téléphone sur moi (car il me sert de GPS). Bien sûr, la seule fois où ça m’est arrivé je n’ai même pas pensé à ma carte et j’ai demandé mon chemin, ce qui marchait tout aussi bien. Comme j’avais oublié l’existence de cette carte, c'est comme si je ne l'avais pas

 

Si vous n’avez pas de carnet d’entretien, glissez quelques feuilles dans la notice de la voiture pour garder un suivi des entretiens et réparations importants : on peut y noter les dates et kilométrage des vidanges, changements de pneus, …

 

Dernière petite astuce si vous avez des enfants à l’arrière : un organiseur pour y ranger de quoi les occuper : quelques petits livres, des crayons et un cahier… Comme ça rien ne traine sur les sièges.

Celui sur la photo est fait main mais il en existe plusieurs modèles sur internet.

Pensez à bien vérifier les systèmes de fixation (en haut et en bas) avant de l’acheter car certains produits sont très mal conçus.

 

Avec tout ça, votre voiture devrait être nickel 😉

 

 

 

 

Astuces rangement et organisation

 

Suivez TOUT EN ORDRE sur Instagram et Facebook

D'autres articles pourraient vous intéresser :

Tout en ordre

27/02/2023

Comment reprendre pied quand on s'est laissé déborder ?

salle-jeux-avant

Louise (prénom modifié) n’a jamais vraiment aimé ranger. Mais globalement elle parvenait à maintenir son logement à peu près en ordre, dans un état acceptable pour elle.

Puis sa mère, déjà âgée, est tombée malade. Elle s’est beaucoup fatiguée mentalement et physiquement pour s’en occuper, l’emmener aux visites médicales, gérer ses repas, lui faire quelques courses…

Etant fille unique, elle doit jongler entre son travail, la maladie, son quotidien personnel. Heureusement, ses enfants sont grands et savent donc se gérer eux-mêmes.

Louise délaisse donc peu à peu son intérieur et tout s’accumule, « pour l’instant » car elle a bien d’autres priorités (et on la comprend !). Mais la maladie dure, l’état de santé de sa mère connait des hauts et des bas et la situation censée être provisoire s’étire dans le temps. Alors les choses s’accumulent dans son appartement et les objets commencent à former des strates. Elle n’a plus l’énergie pour en venir à bout et culpabilise de ne pas y arriver.

 

Sandra (prénom modifié) a vécu un burn out qui lui a rendu la moindre petite action extrêmement fatigante, angoissante et compliquée. Rappelons que le burn out est une vraie maladie dont on met beaucoup de temps à se remettre. Ce n’est pas de la paresse, le corps n’arrive tout simplement plus à suivre et bloque pour protester contre le cerveau qui a ignoré tous les signes et a persisté jusqu’au point de rupture. Sandra a donc elle aussi délaissé sa maison. S’en occuper aurait été bien trop épuisant, elle qui avait déjà du mal à se lever chaque matin. Mais maintenant que la maladie semble derrière elle, l’état de son logement l’angoisse et entrave sa guérison définitive.

 

Ces situations, je les connais bien, non pas pour les avoir vécues mais parce que parmi tous les gens que j’ai déjà aidés, j’ai croisé beaucoup de personnes comme Louise et Sandra. Bien sûr, même sans aller dans ces extrêmes on peut perdre pied, parfois sans « raison » apparente. L’entourage ne comprends pas et la démotivation face à l’ampleur de la tâche est évidente.

Alors comment retrouver de l’ordre quand plus rien n’a de place logique, quand tous les espaces de rangement sont pleins à craquer et que le salon ressemble à un capharnaüm ?

 

Par où commencer ?

Comme pour les régimes ou la remise au sport, le démarrage est le plus difficile. Car par quoi commencer quand il y a tellement à faire ?

Pour commencer, ne cherchez pas à ce que votre rangement soit absolument parfait. Il faut forcément passer par une répartition « à la grosse louche » : vous allez prendre plusieurs sacs ou cartons et répartir tout ce que vous trouvez par grandes catégories. Si par exemple vous vous attaquez à une pièce débarras vous allez peut-être y trouver : du stock alimentaire, des fournitures de bureau et des papiers, des produits d’entretien, du linge, des outils de bricolage, des câbles et petits appareils électroniques, de la vaisselle, de la décoration, des souvenirs, …

Répartissez tout ce que vous trouvez dans des sacs ou cartons. A ce stade, ce ne sera pas facile de faire du tri car vous n’avez pas une idée globale de ce que vous possédez. Bien entendu, mieux vaut tout de suite prévoir une pile pour les dons (voir ICI la liste des endroits où vous pouvez donner des objets en Alsace), la déchetterie, le recyclage.

 

faire-du-tri

 

Une fois que vous aurez tout catégorisé, vous aurez un meilleur aperçu de ce qui a été accumulé en excès et vous arriverez sans doute plus facilement à vous débarrasser de certains objets. J’insiste un peu sur cette partie car tout ce qui sort de chez vous ne vous embêtera plus jamais, cela vous libère de la place pour ce qui est vraiment important et on y voit tout de suite plus clair quand on ne garde que ce qui sert vraiment (et bien entendu les objets les plus précieux à nos yeux, dans la limite du raisonnable).

 

La réorganisation

A ce stade, vous avez donc un nombre plus ou moins conséquent de cartons pleins. Vient ensuite le moment d’agencer tout cela. Reprenez chaque catégorie et refaites un nouveau tri. Vous aurez ensuite une estimation concrète du volume dont vous avez besoin pour ranger ces objets.

Pour trouver la place idéale quelques règles de bon sens suffiront : il faut tenir compte de la fréquence d’utilisation, du volume par rapport à vos espaces de rangement et de l’endroit où vous les utilisez le plus. Si vous n’êtes pas sûr de vous, ne vous bloquez pas et essayez.

Dans le meilleur des mondes, tout a sa place logique mais dans la réalité vous aurez de nombreuses contraintes et il faudra jongler pour trouver la meilleure solution. Vous pourrez toujours échanger de place par la suite.

Mieux vaut un travail imparfait que pas fait du tout.

A ce stade, vous devriez avoir un regain d’énergie et de motivation. Un bon gros ménage (oui, le ménage se fait après le rangement car en déplaçant des choses qui n’ont pas bougé depuis des mois vous allez de toute façon tout salir) et vous pourrez apprécier l’énorme travail que vous avez réalisé, et surtout, soyez fier de vous !

Reprendre pied est difficile mais petit morceau par petit morceau on y arrive toujours. Parfois seul, parfois avec de l’aide.

 

cartons-rangement

 

Les 2 grands pièges à éviter :

Il m’arrive d’intervenir juste quelques heures pour démarrer ce travail de grand rangement, pour aider à mettre le pied à l’étrier et trouver la bonne méthode pour ne pas s’éparpiller.

Car le plus grand piège est de tout sortir puis de se décourager et de tout remettre tel quel. Avec les catégories, même si vous vous arrêtez en chemin tout n’est pas à refaire.

Le deuxième piège est de prendre un objet en main, de ne pas prendre de décision sur son sort (à donner, jeter ou répartir dans une catégorie) et passer au suivant. En faisant cela vous n’avancez pas. Si vous tombez sur un objet sur lequel vous devez faire une action (à réparer, à rendre, …) vous pouvez en faire une catégorie à part. Mais cette catégorie n’aura de sens que si vous la traitez par la suite dans un délai raisonnable (et là on évite de se mentir à soi-même et on reste réaliste).

 

 

 

 

 

 

Afficher plus
Tout en ordre

18/02/2021

Comment gagner du temps en cuisine ?

astuces-cuisine

Combien de temps passez-vous dans votre cuisine chaque jour ? Quand on veut préparer des repas soi-même, le temps à y consacrer est non négligeable, surtout pour ceux qui comme moi n’aiment pas cuisiner.

Pour gagner du temps au quotidien, on commence par bien organiser sa cuisine. Ensuite, avec quelques astuces, on peut également mieux s'organiser lors de la préparation des repas.

 

Comment bien organiser sa cuisine ?

 

La cuisine est l’endroit où l’on sort le plus de choses chaque jour. Il faut faire particulièrement attention à l’aménagement de cette pièce pour pouvoir ranger facilement.

Pour cela, avant de ranger on désencombre ! Ne commencez pas par étudier vos besoins supplémentaires en rangement car en désencombrant vous pourrez peut-être libérer de la place.

 

  • Les ustensiles de cuisine et la vaisselle

Le plus facile est d’éliminer les objets en double ou en triple exemplaire (avez-vous vraiment besoin de deux essoreuses à salade ?). Ne gardez que celui que vous préférez utiliser.

Eliminez également les gadgets jamais utilisés, les ustensiles cassés ou incomplets (les couvercles esseulés par exemple).

 

 

Vous pouvez ensuite définir la quantité nécessaire pour la vaisselle de type assiettes, tasses, bols, couverts,… Là aussi, il n’est pas forcément utile d’avoir 56 assiettes, surtout si elles sont dépareillées. Et si vraiment il vous arrive d’inviter beaucoup de monde, pourquoi ne pas en mettre quelques-unes dans un carton à la cave si vous manquez déjà de place dans la cuisine ?

Le but est d’avoir à proximité ce qui sert vraiment souvent, puis éloigner de plus en plus les objets qui servent le moins. Tenez également compte du moment ou de l’endroit où vous utilisez les objets. Rangez les casseroles à proximité de la cuisinière par exemple.

 

Attention aussi à ne pas entasser : si vous devez systématiquement désempiler toutes les casseroles pour attraper celle du milieu (encore plus si vous n’utilisez jamais celles du dessus), cela fait autant de gestes inutiles chaque jour. Concernant les casseroles justement, il est rare d’utiliser toutes les tailles. Si vous n’utilisez que deux tailles différentes, vous pouvez vous débarrasser des autres.

N’hésitez pas à compartimenter les tiroirs en utilisant des séparateurs. Pour gagner de la place (et en général on n’en a jamais de trop dans une cuisine), vous pouvez utiliser des demi-étagères pour utiliser toute la hauteur des placards sans empiler. Vous pouvez également remplacer les plinthes sous les meubles par des tiroirs pour gagner en espace de rangement.

Avec des crochets adhésifs, vous pouvez accrocher des ustensiles à l’intérieur des portes pour libérer un peu de place dans les tiroirs.

 

 

  • Le petit électroménager

Ne gardez que ce que vous utilisez vraiment. Ces appareils vous font certes gagner du temps (quoi que, si on inclut le temps de lavage parfois ce n’est même pas le cas), mais si vous manquez réellement de place, il faut faire du tri. S’il vous arrive très rarement d’utiliser un appareil, demandez-vous s’il n’y a pas une alternative. Un exemple : si vous avez une crêpière que vous n’utilisez qu’à la chandeleur, pourquoi ne pas faire vos crêpes à la poêle ?

 

Limitez la quantité d’électroménager sur le plan de travail. Celui-ci doit servir avant tout à cuisiner et il sera beaucoup plus rapidement nettoyé si seul le strict minimum y séjourne. N’y laissez donc que les appareils que vous utilisez réellement au moins toutes les semaines.

 

 

  • Le stock de nourriture

Faites le tri et jetez les produits périmés. Donnez les produits que vous ne mangerez jamais (si aucun membre de la famille ne les aime, si vous les avez reçus et que vous ne les cuisinez pas,…).

Rassemblez les produits similaires ensemble : les épices, les féculents, les gâteaux… Vous verrez plus rapidement ce qu’il manque au moment de faire votre liste des courses. Si vous avez beaucoup de petites choses comme les goûters, utilisez des boîtes pour les garder groupées.

Evitez de trop stocker, adaptez votre stock à votre fréquence de courses et rangez à l’avant les aliments qui périment en premier ou les sachets ouverts. Laissez toujours les denrées périssables bien en évidence dans le placard pour ne pas les oublier.

Pour bien se conserver, les épices doivent être rangées dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière. Pour trouver la bonne épice sans les sortir une à une, placez-les dans une boîte et notez au marqueur le contenu de chaque flacon sur son couvercle.

 

 

  • Le frigo et le congélateur

Excepté pour les réfrigérateurs à  froid ventilé, il existe quatre zones dans un frigo :

- La zone froide (très souvent tout en haut) qui doit contenir la viande, le poisson et les plats cuisinés
- La zone fraiche (en dessous) qui doit contenir les laitages et les légumes cuits
- Le bac à légume qui doit contenir les fruits et légumes crus et non lavés
- La porte qui doit contenir les condiments, les boissons, les sauces en flacon ou tube …

 

Enlevez les emballages des produits avant de les ranger dans le frigo (carton autour des yaourts par exemple).

Certains produits ont un emballage qui empêche leur bonne conservation, par exemple les légumes en sachet qu’il vaut mieux sortir avant de les ranger.

Pensez aussi à bien organiser le congélateur, en étiquetant systématiquement tout ce qui est fait maison, avec la date et le nom du produit. Placez les plus récents en dessous des plus anciens pour respecter un système FIFO (le premier entré = le premier sorti). Enfin répartissez les aliments par type pour les retrouver plus facilement.

N’oubliez pas également d’y faire du tri régulièrement : les surgelés périment aussi, surtout les produits animaux.

 

 

Une fois la cuisine organisée, comment gagner du temps lors de la préparation des repas ?

Ces astuces s’appliquent pour gagner du temps au moment où vous vous dites « bon j’ai faim, qu’est-ce que je peux cuisiner rapidement ? » :

 

  • Cuire plusieurs ingrédients en même temps

Plutôt que de prévoir une casserole pour chaque ingrédient, vous pouvez tout regrouper dans une même grande casserole  ou un  wok, ce qui permet un gain de temps et moins de vaisselle à faire. Ca marche pour cuire des pâtes, du riz, des légumes, de la viande, du poisson,…

Il existe même des livres de cuisine sur ce concept (voir par exemple « Petits plats magiques » de Sabrina Fauda-Rôle ou encore « Recettes one pot » de Pauline Dubois).

 

gain-temps
 

  • Utiliser une cocotte

Pas besoin de surveiller si l’eau déborde ou si la poêle attache ! En utilisant la cocotte minute, il suffit de placer ses ingrédients dedans, lancer le minuteur et en profiter pour faire d’autres tâches (ou ne rien faire, ça marche aussi).

 

  • Simplifier ses recettes

Privilégier des recettes qui ne contiennent pas trop d’ingrédients, éliminer quelques étapes non indispensables,...

 

  • Ne pas tout éplucher

Certains légumes se mangent avec la peau : un simple brossage suffit et c’est beaucoup plus rapide qu’éplucher (c’est valable pour les carottes, mais aussi le panais, les courgettes, les concombres, ...). Mais dans ce cas, mieux vaut privilégier les légumes bio car la peau des légumes est plus concentrée en pesticides.

cuisine-rapide

  • Faire plusieurs tâches en même temps

Profitez du temps de cuisson pour faire autre chose : commencez à faire la vaisselle ou à avancer sur la préparation d’un autre plat par exemple.

 

  • Faire en sorte d’avoir des restes

Quand on cuisine, faire plus ne prend pas beaucoup plus de temps. En doublant les quantités, c’est un repas de moins à préparer ensuite. Vous n’aurez plus qu’à réchauffer les restes au repas suivant ou les congeler pour les « jours de flemme ».

 

 

  • Faire chauffer l’eau à la bouilloire

Une bouilloire chauffe l’eau plus rapidement qu’une plaque électrique et consomme moins d’électricité. Elle est parfois aussi plus performante qu’une plaque au gaz. En revanche, pour l’induction cette solution n’est pas particulièrement intéressante, le gain de temps étant minime, voire nul.

 

  • Congeler des portions toutes prêtes

Lorsque vous coupez du persil, des herbes, de l’ail, préparez une plus grande quantité et congelez de petites portions dans des bacs à glaçons ou des moules à muffins. Ca marche aussi pour les sauces (béchamel, bolognaise, pesto,…).

congelation-gain-temps

 

  • Faire participer ceux qui mangeront le repas

Chacun peut donner un petit coup de main, que ce soit pour mettre la table, couper les légumes, remplir la casserole (ou la bouilloire) d’eau, … autant de petites tâches à déléguer, même aux plus mauvais cuisiniers.

 

 

Pour finir, dernier conseil concernant la cuisine : laisser une liste de course en permanence en évidence pour la remplir au fur et à mesure.

 

 

 

 

Afficher plus
Tout en ordre

04/07/2019

Pourriez-vous être minimaliste ?

idees recues minimalisme

Pourriez-vous vous passer de votre télé, votre voiture, votre téléphone,… ? J’imagine que la réponse est non pour la plupart d’entre nous.

En étant minimaliste, on réduit ses possessions au minimum. Le problème est justement de définir qu’est-ce que le minimum ? En effet, lorsqu’on pense au minimalisme, on peut imaginer ceci :

minimalisme

C’est sûr, ça ne donne pas franchement envie… Eh bien bonne nouvelle, être minimaliste ne se résume pas forcément à vivre  dans un milieu vide et sans âme.

Alors qu’est ce qu’un minimaliste et comment le devenir ?

 

Définition du minimalisme :

Pour définir le minimalisme, commençons par définir ce qu’il n’est pas.

Le minimaliste ne se définit pas avec un nombre d’objets à avoir ou un mode de vie précis.

Pas besoin de vendre votre maison et de partir en trekking avec pour unique bagage votre sac à dos. Pas besoin de vivre coupé du monde sans eau ni électricité. Ne posséder qu’un nombre réduit d’objets n’est qu’un outil, pas une fin en soi.

On peut bien entendu citer quelques comportements habituels de minimalistes mais sans les transformer en définition même du minimalisme :

  • Limiter ses vêtements, ses bibelots,…
  • Eviter les collections
  • Emprunter au lieu de posséder (bibliothèque, ludothèque,…)
  • Avoir des loisirs immatériels
  •  …

 

Le minimalisme passe donc par un grand désencombrement. Celui-ci ne doit pourtant pas être fait à contrecœur. Désencombrer ne doit pas donner l’impression de faire des sacrifices et de nous compliquer la vie.

 

minimalisme desencombrer

 

Qu’est ce que c’est alors ?

C’est un moyen d’échapper aux excès du monde moderne, dans lequel on est envahi par trop de tout : trop de publicités, trop d’objets, trop d’activités,… Cela va plus loin que nos possessions personnelles. Le vrai minimaliste va simplifier tous les aspects de sa vie, y compris dans ses relations.

Le but est de se focaliser sur l’essentiel, se recentrer sur ce qui compte réellement dans notre vie. Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus, tenant le blog theminimalists.com évoquent la liberté : tendre vers le minimalisme c’est tendre vers la liberté.
On retrouve d’ailleurs aussi cette notion de liberté chez Pierre Rabhi, adepte de la simplicité volontaire : "Vivre sobrement, c'est une forme de libération".

 

Le minimalisme n’est pas une privation mais un choix de vie réfléchi. En se débarrassant de tout ce qui ne sert pas, on gagne du temps pour ce qui compte le plus à nos yeux.

Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus ont établi une liste de ce qu’apporte le minimalisme (traduit) :

  • Eliminate our discontent / Éliminer notre mécontentement
  • Reclaim our time / Récupérer notre temps
  • Live in the moment / Vivre dans le moment présent
  • Pursue our passions / Poursuivre nos passions
  • Discover our missions / Découvrir nos missions
  • Experience real freedom / Découvrir la véritable liberté
  • Create more, consume less / Créer plus, consommer moins
  • Focus on our health / Se concentrer sur notre santé
  • Grow as individuals / Grandir en tant qu’individus
  • Contribute beyond ourselves / Contribuer au-delà de nous-mêmes
  • Rid ourselves of excess stuff / Se débarrasser de l’excès
  • Discover purpose in our lives / Découvrir le but de notre vie

 

Leur liste montre bien que le minimalisme a pour but de simplifier son quotidien pour aller à l’essentiel, et non pas s’imposer des règles drastiques et précises pour réduire ses possessions.

simplifier son quotidien

 

Comment devenir minimaliste ?

Il n’y a pas de règles ni de parcours, encore moins un nombre maximum d’objets à posséder. A partir du moment où vous considérez que vous n’êtes entourés que de choses importantes pour vous, choisies et non subies, vous vous dirigez sérieusement vers le minimalisme.

Bien que Marie Kondo ne prône pas forcément le minimalisme, son critère de « mise en joie » peut aider à déterminer les objets que vous garderez : un objet qui ne vous met pas en joie n’aura sans doute pas sa place dans votre intérieur minimaliste.

En revanche, se contenter du concept de la joie ne suffit pas pour être minimaliste car on peut aimer des objets sans en avoir vraiment besoin. La question n’est pas évidente et les habitudes nous jouent parfois des tours : nous sommes persuadés d’être heureux de posséder tel objet alors qu’il n’est là que par habitude. Le principe a l’air très simple mais l’appliquer consciencieusement se révèle beaucoup plus difficile.

 

rangement minimaliste

 

Plus concrètement, commencez par remettre en question vos objets et possessions diverses : pourquoi les conservez-vous ?

 

Attention, c’est généralement à ce moment que vient le « au cas où » qui nous pousse à systématiquement trouver une excellente raison de garder l’objet en question. Ce « au cas où », je crois que nous l’avons tous (peut-être une caractéristique génétique héritée de nos ancêtres afin de survivre en milieu hostile ?). C’est à ce moment que l’appel à la raison est nécessaire : sans mentir, est-ce que notre « au cas où » risque vraiment d’arriver, et si oui n’y a-t-il aucun moyen de faire autrement ?

 

Interieur rangé

 

Rassurez-vous, je ne cherche pas à vous transformer en minimaliste. Je trouve important de s’interroger sur ses besoins réels et non pas sur ce que nous dictent nos habitudes et traditions.

C’est d’ailleurs ce que je veux vous transmettre lorsque je vous aide à désencombrer : pourquoi gardez-vous toutes ces affaires ? Le but n’est pas de vous y faire renoncer mais bien de vous faire réfléchir à la raison réelle qui vous motive à les garder, un peu dans le principe des 5 pourquoi (qui consiste à chercher des causalités en cascade jusqu’à trouver la cause initiale).

Je n’attends d’ailleurs pas forcément une réponse orale lorsque j’interroge une personne sur la raison de la présence d’un objet dans son logement. Le but est qu’elle en prenne conscience elle-même et puisse ainsi décider en connaissance de cause si l’objet en question mérite la place qu’il occupe.

 

minimalisme-humour

 

Que pensez-vous du minimalisme ? Auriez-vous envie de l’appliquer au quotidien ?

 

 

 

 

 

 

 

Afficher plus