Comment désencombrer quand le reste de la famille ne se sent pas concerné ? (partie 2)


Comment faire pour que vos proches prennent conscience du bien-être qu’apporte une maison bien ordonnée ?

En gardant bien à l’esprit que chacun a sa propre vision des choses, il est déjà plus facile de comprendre les attentes des autres. Mais celles-ci ne correspondent bien souvent pas aux nôtres. Comment faire pour les concilier au mieux ?

 

On communique

La communication est bien souvent la clé pour résoudre des litiges de manière générale.

Il y a plusieurs raisons qui poussent à tout conserver :

  • les objets peuvent rassurer et constituent une stabilité : eux sont toujours là, ils ne bougent pas
  • les objets nous rappellent des souvenirs ou des personnes
  • la peur de manquer pousse à faire des stocks au cas où
  • la peur de gâcher : on peut encore s’en servir, on peut le réparer

Ces raisons peuvent se cumuler et créent un vrai blocage pour se débarrasser des objets devenus inutiles. En discutant et en se mettant à la place de l’autre, on comprend mieux pourquoi le minimalisme peut être angoissant...

 

Vous pouvez exposer votre point de vue et rassurer la personne concernée en lui expliquant que pour vous :

  • Le rangement permet de gagner de la place, du bien-être, libère l’esprit,…
  • Les souvenirs restent dans votre tête (ou grâce à une photo)
  • En faisant des achats plus réfléchis, vous ne manquez de rien car vous maitrisez mieux vos stocks
  • En donnant vos objets, vous leur donnez une seconde vie plus intéressante que la perspective de vieillir dans vos placards.

Ce ne sont que des exemples car l’approche aux objets est très personnelle. Vous devez bien entendu adapter votre discours à votre propre ressenti, expliquer pourquoi vous vous sentez mal lorsque vous voyez toutes ces choses qui trainent, ce que vous apporte le désencombrement et le rangement,…sans être donneur de leçon. Pas facile n’est-ce pas ?

 

Et ensuite ? On montre l’exemple

La communication est importante pour se comprendre, mais pour vraiment faire adhérer à vos idées, montrer l’exemple reste le meilleur moyen de convaincre.

Désencombrer et organiser ses propres affaires est un très bon moyen de donner envie aux autres membres de la famille de faire pareil : lorsqu’ils verront vos affaires bien organisée et constateront le temps que vous gagnez au quotidien, ils y prêteront sans doute plus d’intérêt.

Expliquez comment vous faites, demandez des avis, discutez de la nouvelle organisation que vous avez mise en place. Vous pouvez également encourager leurs initiatives, en restant toujours positif et patient.

En montrant que le désencombrement n’est pas contraignant et fait même gagner du temps par la suite, vous leur donnerez peut-être envie de s’y mettre. Ce stratégie peut prendre du temps, voire ne jamais marcher. Je vous l’ai dit, je ne prétends pas avoir la solution miracle mais ça vaut toujours le coup d’essayer.

 

Et avec les enfants ?

Avec un bébé, rien de plus facile : vous gérez ses affaires.

Attention, il se souviendra assez vite de ses affaires : dès 2 ans, voire avant (chaque enfant est différent), il peut réclamer un jouet ou une peluche alors qu’il ne l’a pas regardé depuis des semaines.

Pourtant, faire du tri avec un très jeune enfant n’a pas forcément de sens car il vous répondra oui ou non sans vraiment comprendre ce que cela implique. Un bon test : si votre enfant vous affirme que oui vous pouvez vous débarrasser de son doudou, il n’en a pas compris le caractère définitif !

Si l’enfant est encore jeune et que vous ne le sentez pas prêt à décider lui-même, vous pouvez donc tenter un tri sans lui mais attention : si vous n’êtes pas sûr, mieux vaut mettre de côté ce dont vous ne voulez plus durant quelques semaines avant de vous en débarrasser.

Si vous donnez un objet à une personne en particulier, vous pouvez impliquer votre enfant en lui expliquant qu’il est grand et que l’objet en question servira à un plus petit que lui (transat, vêtements,…)

Pour les plus grands, si vous placez les jouets dans des contenants, vous pouvez instaurer une limite : si un jouet ne rentre plus, il faut faire du tri.

Vous pouvez également utiliser l’appât du gain : les jouets dont il ne veut plus lui rapporteront de l’argent pour en acheter d’autres (sans en acheter autant bien entendu). Cette méthode marche parfois tellement bien qu’il risque de vouloir revendre votre dernier cadeau tout neuf donc attention à y mettre vos propres limites.

 

 

 

Astuces rangement et organisation

Suivez TOUT EN ORDRE sur Facebook

 

 

 

 

D'autres articles pourraient vous intéresser :

Tout en ordre

16/09/2020

Comment se déroule une séance de home organising ?

home-organiser

Attention, tous les home organisers (coachs en rangement) ne procèdent pas de la même façon. Chacun a sa méthode personnelle et ce qui suit est donc propre à mon intervention.

 

Un premier contact téléphonique

 Je commence par expliquer comment je procède :

Je me rends au domicile de la personne et nous travaillons ENSEMBLE : si c’est pour du rangement, il faut généralement faire du désencombrement (mais pas tout le temps). On commence alors par un endroit, on vide tout, on trie. Dans un second temps on réorganise les espaces de rangement.

Pour les papiers, c’est un peu similaire : on commence par tout regrouper et trier. Ensuite on met en place une méthode de classement et on range tous les documents à garder.

Je demande ensuite à la personne de m’expliquer plus précisément sa situation car même si le principe reste toujours plus ou moins le même, chaque personne est différente, a des buts qui lui sont propres.

Le but de cet appel est de vérifier que nous sommes bien d’accord sur la prestation : qu’est-ce que je vais pouvoir faire et qu’est-ce qui ne serait pas de mon ressort.

Si par exemple on m’appelle pour un parent ou un tiers qui accumule tout, j’insiste pour avoir au moins la personne concernée au téléphone avant d’intervenir.

Suite à cet appel, je formalise l’entretien par un devis écrit. Après l’acceptation du devis, nous convenons d’un rendez-vous pour la première séance et je donne éventuellement quelques instructions à suivre d’ici là.

Par exemple si je dois intervenir pour aider à classer des papiers, je demande à la personne de regrouper au maximum tous ses documents avant ma venue pour gagner du temps. Et croyez-moi, on en a parfois des surprises !

 

cave-avant-rangement

 

Le début de l’intervention

Je me rends sur place avec mon super attirail de rangeuse : sacs poubelle, gants, marqueur, étiqueteuse,…

On commence par l’endroit convenu et c’est parti pour une demi-journée de travail. Durant cette séance, on a le temps de faire une pièce à fond, voire deux si elles ne sont pas trop encombrées, cela varie fortement tant les situations sont différentes.

Pour les papiers il faut compter entre 2 et 4 demi-journées pour absolument TOUT trier, classer, jeter, détruire, étiqueter.

Pour le tri et l’organisation d’un logement c’est beaucoup plus variable. Mon but n’est pas de tout faire mais de répondre à la problématique de la personne à aider :

  • On peut très bien ne travailler que sur une pièce puis la personne avance ensuite seule pour le reste.
  • On peut tout faire ensemble du sous-sol au grenier.
  • Ou encore, on peut commencer ensemble, ensuite la personne avance un peu elle-même sur de petites choses sur lesquelles je l’ai guidée lors de la première séance, puis on se revoit pour éventuellement « corriger » quelques détails et continuer ensemble la suite du logement.

Bref, j’ai choisi de proposer un service totalement à la carte.

Ensuite, je rappelle quelques temps après pour prendre des nouvelles, et m’assurer que tout est bien resté en ordre, que l’objectif a été atteint.

Il peut arriver qu’on me rappelle parfois un an après pour une nouvelle séance, généralement parce que la situation familiale a changé.

 

changement-situation-familiale

 

Se sentir en confiance

Vous n’êtes pas prêts à faire intervenir quelqu’un chez vous ? Je le comprends parfaitement. On me dit souvent « oh lala j’ai honte », alors que je vous assure il ne faut vraiment pas. Ceux qui ne comprennent pas comment on peut en arriver là ont la chance de ne pas avoir de problèmes d’organisation. Mais chacun a ses compétences et le rangement (et surtout le tri) ne s’apprennent pas à l’école. Les situations qui amènent à trop encombrer ou mal organiser son intérieur sont tellement nombreuses. Chacun a ses raisons et on ne peut pas juger.

Le côté anonyme d’un coach en rangement rassure car il s’engage à une confidentialité totale. Et surtout, il doit respecter vos choix. Si vous voulez garder des objets qui sembleraient inutiles pour vos proches, c’est à vous de décider et un bon professionnel doit respecter vos choix et ne pas les commenter (ou alors de manière constructive).

 

avant-apres-armoire

 

Une prestation durable dans le temps

Cette prestation a un coût. Mais il ne s’agit pas que d’un rangement cosmétique. Vous savez, celui qu’on fait de temps en temps mais qui ne dure pas plus de quelques jours ?

Un bon rangement passe par un bon tri et ensuite une organisation logique pour que tout soit accessible et fonctionnel au mieux. Je précise « au mieux » car on ne fait pas de magie non plus. Il y a toujours des astuces mais parfois il arrive qu’il y ait vraiment trop de choses dans un endroit trop petit même si c’est rare.

Lorsqu’on organise de manière optimale, le rangement quotidien est simplifié et surtout, ON SAIT OÙ RANGER les choses (vous avez remarqué que souvent si un objet n’est pas rangé c’est parce qu’on ne sait pas où le mettre ?). C’est donc vraiment un investissement à long terme.

 

Si le home organising ne vous tente pas vous pouvez toujours suivre ma page Facebook pour y trouver quelques conseils.

 

 

Astuces rangement et organisation

Suivez TOUT EN ORDRE sur Facebook

 

 

Afficher plus
Tout en ordre

15/06/2018

Quand on jette trop vite…

quand-on-jette-trop-vite

Loin de moi l’idée de vous rendre réticent-e à désencombrer, mais je dois tout de même vous avertir des risques en désencombrant de manière un peu trop enflammée.

 

On a toujours peur de regretter un objet…

« Si je me débarrasse de quelque chose, je sais que systématiquement j’en aurai besoin quelques jours après ». J’ai entendu cette phrase très souvent. Bien sur, je pourrais défendre en long, en large et en travers pourquoi ce n’est pas une fatalité et pourquoi ce ne sera pas le cas avec certaines reliques trouvées au fin fond d’un garage.

 

… parfois à juste titre !

Je reconnais pourtant avoir moi-même failli faire quelques erreurs de jetage un peu précipité :

Alors que nous venions d’acquérir un nouveau robot de cuisine, j’ai convaincu mon mari de jeter notre ancien moulin électrique des années 50 car le nouveau robot avait aussi cette fonction (et les objets en double ne font pas long feu chez moi). Heureusement que je n’avais pas pu donner mon ancien moulin avant d’avoir testé le nouveau : celui-ci ne râpait pas, il massacrait les légumes au sens propre du terme.

 

Exemple suivant qui a déjà failli m’arriver :

Se débarrasser de tous les vêtements qu’on n’aime pas, abimés, troués, moches,… c’est très bien ! Mais il ne faut pas oublier d’en garder au moins un ou deux pour le bricolage, la peinture ou le jardinage. Ceci sans tomber dans le piège de tout reléguer en vêtement de travail au risque d’en avoir plus que de vêtements « mettables ».

 

J’en viens enfin à mon meilleur exemple, qui explique la photo suivante :

table

Je ne repasse que très peu et j’ai donc donné ma planche à repasser et la housse qui va dessus. Je supposais qu’une table recouverte d’une couverture les remplacerait parfaitement. J’avais raison pour la planche à repasser mais pas pour la housse. Résultat : une table bien abîmée (mais bizarrement la couverture n’a rien)

 

Tout n’est pas indispensable pour autant

Je ne veux pas vous inciter à tout garder. Pour chacun de ces malheureux exemples, je pourrais citer 100 d’objets qui vous pouvez éliminer les yeux fermés (les VHS alors que vous n’avez plus de magnétoscope ?), mais gardez un peu de prudence tout de même smiley

 

Et vous, avez-vous déjà jeté des objets que vous auriez du garder ?

Afficher plus
Tout en ordre

06/05/2019

Comment désencombrer quand le reste de la famille ne se sent pas concerné ? (partie 1)

désencombrer quand on se sent le seul concerné

Vous aimez peut-être ranger et trier régulièrement ? Ou bien vous avez eu le déclic récemment et vous vous êtes lancé dans le désencombrement intensif ?

Quoi qu’il en soit, le reste de la famille n’a pas toujours la même vision des choses que vous sur le rangement…. Alors que vous avez envie de tout remettre en ordre et de vous débarrasser de tout ce dont vous ne voulez plus, vous pouvez vous sentir un peu démuni face à l’indifférence des autres membres de votre foyer.

Comment faire pour qu’eux aussi prennent conscience du bien-être qu’apporte une maison bien ordonnée ? Sans prétendre avoir la solution miracle, il y a quelques pistes à explorer :

 

Votre vision / leur vision

Il est tout d’abord important de comprendre pourquoi vous n’avez pas la même envie d’un intérieur épuré et rangé. Avez-vous toujours été ordonné(e) et les autres non ? Avez-vous changé du jour au lendemain ou suite à une prise de conscience ou l’aide d’un coach en rangement ?

Il faut bien comprendre que chaque personne est différente. Notre enfance, notre entourage ou encore notre caractère naturel nous donnent une certaine vision de notre logement idéal. Cette vision est différente d’une personne à l’autre.

Il peut arriver qu’un évènement ou un déclic vous donne envie de changer. Dans ce cas, les autres membres de la famille ne comprennent peut-être pas ce changement soudain. La tentation de trier à leur place peut être tentante mais conduira probablement à des conflits.

 

D’après un sondage réalisé par le site Manomano.fr en 2016,
46% des français estiment que le rangement représente une bouffée d’air dans leur vie.           
A l’inverse, 27% des sondés associent le rangement à un calvaire.

 

 

Chacun ses affaires

Lorsqu’on a fait un grand tri dans nos vêtements, nos livres et autres objets personnels, on a forcément envie de faire pareil avec les autres objets de la maison, même s’ils ne nous appartiennent pas.

On voit plein d’objets inutiles dont on aurait envie de débarrasser. Or ces objets ne sont pas forcément inutiles pour les personnes avec qui vous vivez…

Encombrement livres

 

Voir son conjoint accumuler des objets futiles à vos yeux alors que vous avez passé tant de temps à épurer l’espace n’est clairement pas motivant.

Attention tout de même à la tentation de se débarrasser des objets en douce. En jetant un objet ne nous appartenant pas, on risque de donner à son propriétaire l’impression qu’on ne le respecte pas.

Comment garder sa maison rangée si on ne peut pas se débarrasser des affaires des autres qui trainent partout ?

 

Pour éviter une guerre de territoire, la solution pourrait être de définir clairement les espaces.

Pour cela il faut communiquer et définir quels espaces seront dédiés aux affaires de chacun. Si ce n’est pas déjà fait vous pouvez ainsi définir avec votre conjoint(e) quelle partie de l’armoire sera à qui, ou encore lui laisser un meuble voire une pièce entière pour ses loisirs, selon le volume.

Si chacun a son propre espace, qu’il peut gérer tel qu’il l’entend, vous vous évitez le stress de voir tous les jours ses affaires trainer partout. Je reconnais que c’est sans doute un peu idyllique de penser résoudre le problème aussi facilement ! Si cela ne suffit pas, no stress, vous trouverez encore quelques solutions dans la seconde partie.

Pour les pièces à vivre, définissez ensemble votre niveau d’exigence : qu’est ce qui peut s’y trouver ? Qu’est-ce qui ne doit pas s’y trouver ?

 

Rangement épuré

 

En résumé, chacun aura un espace qui lui est propre et qui peut être en désordre. Les espaces communs épurés seront définis ensemble.

Cette première approche pourra déjà améliorer la situation. Et si ça ne marche pas ? Plan B dans la seconde partie : c'est PAR ICI

 

 

 

 

Astuces rangement et organisation

Suivez TOUT EN ORDRE sur Facebook

 

 

 

 

Afficher plus